Représentations et figures de l’étranger dans la littérature européenne contemporaine.

« L’étranger serait l’enfant d’un père dont l’existence ne fait aucun doute, mais dont la présence ne le retient pas. Le rejet d’un côté, l’inaccessible de l’autre. », écrit Julia Kristeva. 
Pour distinguer les présupposés et les enjeux de cette définition aux contours variables, ce numéro vise à s’interroger sur les différentes figures que prend l’étranger dans la littérature contemporaine.
Qu’il s’agisse de l’intrus qui, au sein d’un groupe homogène, vient bousculer un système de pensée ou les schémas habituels de l’Autre, qu’il soit expatrié, exilé ou apatride, à la fois accepté et protégé, mais aussi exclu et persécuté, l’étranger incarne toutes les ambiguïtés propres à notre rapport à l’altérité.

À travers des œuvres principalement contemporaines, (on peut éventuellement convoquer aussi les arts, la bande dessinée, le cinéma et la pratique du théâtre, si vous bénéficiez d’une compétence transversale dans ces domaines), à l’heure où se posent des questions qui s’inquiètent d’un « grand remplacement », et où « la possibilité d’une société sans étrangers a pu être rêvée à l’horizon d’une religion ou d’une morale. », (Kristeva) comment la littérature problématise-t-elle la question de l’étrangeté, de l’étrangéité ou de l’extranéité ? Comment la production littéraire contemporaine envisage-t-elle le vivre-ensemble ?


Modalités de soumission : 

D’une page environ (y compris une brève notice bibliographique et une brève présentation de l’auteur·e), jusqu’au 31 Août 2022 à a.briquet@carnet-critique.com

Calendrier : 

Envoi des propositions : 31 Août 2022.
Réponse de la rédaction de Carnet Critique aux auteur.e.s : le 30 Septembre 2022.
Envoi d’une première version des articles présélectionnés : le 15 Novembre 2022.
Publication du numéro : 21 décembre 2022.

Responsable :

Abir Homri