Culture de la mémoire et poétique de l’oubli dans la littérature contemporaine et extrême-contemporaine : entre héritage et transmission

Colloque (en ligne), 20 octobre 2022

L’objectif de ce colloque est d’interroger les liens entre littérature, oubli et mémoire, dans une perspective pluridisciplinaire, l’interférence entre littérature et sciences humaines,  et critique, celle de l’usage de la mémoire et des modes de gestion du passé. Que peut l’œuvre littéraire face à l’oubli, au silence, à l’amnésie ? Que peut, aujourd’hui, la littérature dans le débat sur la commémoration de certains évènements du passé ? Par sa volonté à réparer le présent, par ses revendications identitaires et mémorielles, à travers sa capacité renouvelée à questionner l’héritage, son actualisation, par sa conscience de l’évolution historique et l’urgence de dépasser cette pédagogie essentiellement négative de la culture mémorielle qui fonde le présent sur les utopies sanglantes du XXe siècle, l’acte d’écrire peut-il réparer l’histoire dont nous sommes les héritiers ?  Ces questions sont particulièrement utiles pour s’interroger sur nos espoirs cosmopolitiques et notre responsabilité face aux générations futures. (Hans Jonas)

Quelques pistes de réflexion :

· Littérature et histoire : fiction et réalité historique

· Archive et lieux de mémoire

· Poétique de la mémoire et usage du passé

· Témoignage et responsabilité

· Héritage, filiation, transmission

Propositions de communication (3000 signes), accompagnées d’une brève notice biographique.

Chaque communication durera 30 minutes, suivie d’une discussion, et donnera suite à une publication.

Propositions à envoyer à a.briquet@carnet-critique.com avant le 30 septembre.

Langues : Français, allemand, anglais, italien.

Bibliographie indicative

Nussbaum, Martha, Les émotions démocratiques. Comment former les citoyens du XXIe siècle ?, Flammarion/Climats, 2011.

Jonas, Hans, Le principe responsabilité, Paris, Flammarion, 1998.

Nora, Pierre, Présent, nation, mémoire, Paris, Gallimard, 2011.

Garapon, Antoine, Peut-on réparer l’histoire ? Colonisation, esclavage, Shoah, Paris, Odile Jacob, 2008.

Garapon, Antoine, Des crimes qu’on ne peut ni punir ni pardonner : pour une justice internationale, Paris, Odile Jacob, 2002.

Jenni, Alexis, Stora, Benjamin, Les Mémoires dangereuses, suivi d’une nouvelle édition de Transfert d’une mémoire, Paris, Albin Michel, 2016.

Canault, Nina, Comment paye-t-on les fautes de ses ancêtres : l’inconscient transgénérationnel, Paris, Pocket, 2016.

Derrida, Jacques, Spectres de Marx : l’État de la dette, le travail du deuil et la nouvelle Internationale, Paris, Galilée, 1993.